L'Andalousie aux temps des califes.

La présence arabe en Espagne, entre le milieu du VIIIe siècle et le début du XVIIe, est l'un des chapitres les plus passionnants de l'histoire européenne du point de vue des échanges entre les cultures. Tourné sur les lieux historiques, ce documentaire retrace les étapes mouvementées de cette période unique.

Débarquant en Espagne après la première conquête musulmane de l'Andalousie en 711, Abd-al-Rahmân, le dernier calife omeyyade ayant pu fuir Damas, prend le pouvoir à Cordoue en 756. Dès cette époque, l'émirat Al Andalus se distingue par son autonomie à l'intérieur de l'islam et son rayonnement dans le monde méditerranéen. A l'époque du califat de Cordoue fondé en 939, la ville est, avec Constantinople et Bagdad, une puissante métropole culturelle comptant près de 500 000 habitants. La menace la plus importante vient des Berbères, qui s'emparent de la cité au XIe siècle et détruisent le palais d'Abd-al-Rahmân, emblème du califat.

L'Espagne musulmane est alors divisée en plusieurs taïfas, dont émergent essentiellement les royaumes de Grenade et de Séville, où la culture et la science continuent de se développer dans la pluralité des religions. Les taïfas du Nord, plus fragiles, se placent sous la protection des chrétiens qui en tirent de substantiels profits. Ce commerce provoque la colère du pape Alexandre à Rome, qui exige que les musulmans soient chassés de la péninsule Ibérique. Mais ce n'est pas le fondamentalisme chrétien qui met un terme à la tolérance religieuse. Les premières attaques viennent de musulmans défavorisés et fanatiques qui jalousent la réussite économique et l'influence politique des juifs séfarades. Un pogrom contre la communauté juive fait plus de 4 000 victimes. Dans le même temps, les chrétiens commencent à vouloir repousser les musulmans hors d'Espagne...